Pourquoi vendons-nous notre licence ?

6 juin 2018Actualités

Open-source n’est pas gratuit

Si beaucoup de développeurs ont l’habitude de consommer des outils open-sourcés, voire d’y contribuer, très peu savent la quantité de travail nécessaire de l’autre côté pour gérer cette communauté.

Car c’est un travail titanesque : documentation, licence, exemples, analyse des issues, analyses des contributions, autant de temps qui occupe rapidement plusieurs personnes à temps plein, donc sans en tirer directement de revenus.

Pour notre petite structure, c’est une option qui a été envisagée et vite abandonnée. Nous n’aurions jamais pu financer ces ressources de nos autres activités. De plus, pour les financer il aurait fallu grossir beaucoup et devenir le principal intégrateur Front-Commerce, alors que nous souhaitons au contraire laisser une belle place dans l’écosystème à nos partenaires sans leur faire de l’ombre.

Lorsque de très grosses structures peinent à fournir un « service » open-source de qualité, et vous qui lisez ces lignes savez très bien quel exemple nous pouvons citer, pensez-vous qu’il soit simple de faire mieux avec moins de 10 personnes ?

Un investissement en milliers d’heures

Au 1er janvier 2018, nous totalisions plus de 4000 heures de travail sur Front-Commerce. En équivalent marchand de nos prestations, c’est plus que notre chiffre d’affaires total sur 2015, l’année où nous avons commencé le projet.

Si notre produit répond à un besoin attendu de la part de plusieurs acteurs du e-commerce, pourquoi ne pourrait-il pas être vendu et ainsi rentabiliser notre investissement ? Pour les boutiques ciblées, le coût de la licence devrait très rapidement être amorti, puisqu’il réduit drastiquement le temps de développement et améliore les conversions.

Un support de qualité

Vendre notre licence c’est surtout assurer à nos clients et partenaires la pérennité de notre solution.

Nous avons prévu deux développeurs à temps plein pour assurer dès maintenant les correctifs, les évolutions et le support de Front-Commerce. Sa constance est assurée ! Compte-tenu des projets que nous visons (plutôt de grande taille), c’est un argument commercial qui nous semble important, et les contacts que nous avons actuellement avec plusieurs boutiques et agences du monde entier nous le confirment.

Il y a de la place pour plusieurs solutions, ouvertes ou fermées, apportant juste le label « PWA » ou tout un ensemble d’outils puissants et de bonnes pratiques, demandant à chacun de plonger dans une communauté et bricoler, ou utiliser un produit fini, suivi et doté d’un support de qualité.

Des évolutions programmées

Notre solution est fonctionnelle depuis maintenant quelques semaines. Pour autant nous avons encore des centaines d’idées pour la faire évoluer : encore plus de performances, support de nouveaux services tiers, support de nouvelles plateformes e-commerce, adaptations législatives… Avec la licence vous obtiendrez régulièrement de nouvelles fonctionnalités.

Effets d’annonces

Enfin, restons vigilant. Annoncer un produit open-source pour sortir une version « Enterprise » quelques mois plus tard, serait-ce plus ou moins correct que de n’avoir qu’une version payante ?

Comme nous l’expliquons, maintenir un produit logiciel prend énormément de temps, donc coûte beaucoup d’argent. Notre explication est honnête et transparente. Tôt ou tard, nos chers compétiteurs devront eux aussi financer l’évolution de leur produit. A ceux à qui notre démarche déplaît, gardez quelques cartouches…

Crédits Photo : https://www.maxpixel.net/